Les Chevaliers du Subjonctif
Parution : 
01/09/2004
Pages : 
176
Format :
135 x 215 mm
EAN : 
9782234056985
Prix : 
13,20 €
Les Chevaliers du Subjonctif
Les jeunes héros de La grammaire est une chanson douce ont grandi. Jeanne est une adolescente rêveuse qui s’intéresse aux mystères de l’amour ; Thomas, lui, cherche la clef d’un nouveau monde. L’archipel des Mots est toujours sous la dictature du président Nécrole et la police traque les opposants. Un jour, Thomas disparaît et Jeanne est arrêtée. Sauvée par le cartographe officiel de l’île, elle part avec lui dans un audacieux voyage en planeur à la recherche de son frère. Après avoir survolé l’Impératif et le Conditionnel, ils atterrissent sur l’île des Subjonctifs, les ennemis de Nécrole. Accueillie par un jeune homme roux passionné de liberté, elle va découvrir chez ces joyeux contestataires le pouvoir de l’imagination. Dans l’usine où elle retrouve son frère, les ingénieurs découpent la mer, miroir de nos rêves. Elle comprendra que l’amour – qui va frapper la redoutable inspectrice, Mme Jargonos – est aussi une variété du subjonctif, le mode du rêve et du désir. Bien plus qu’une leçon de conjugaison, cette découverte des mots du temps est une belle et grave leçon de vie et nous rappelle que les humains ont besoin du « secours de ce qui n’existe pas ». Curieuse et impertinente, Jeanne est le guide idéal pour cette exploration des subtilités de notre langue. Lire le monde, cette « immense bibliothèque », et le donner à lire pour mieux le partager, quoi de plus enthousiaste ?    

 

 

 

 

 

« – Qui êtes-vous ? je veux dire : qui êtes-vous, les Subjonctifs ? Des malades ? Des dangereux ? Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le dictateur Nécrole vous déteste tant, pourquoi il veut lancer l’assaut contre vous.

– Je te l’ai expliqué : le subjonctif est l’univers du possible.

– Et alors ?

– Réfléchis un peu, Jeanne. Qu’est-ce que le possible ?

– Quelque chose qu’on pourrait faire…

– Mais qu’on n’a pas fait. Pas encore fait. Pas voulu faire. Réclamer le possible, tout le possible, c’est critiquer le réel, le monde tel qu’il est, la pauvreté, les injustices. Et donc critiquer les politiques qui veulent que rien ne change : ils se satisfont très bien du monde tel qu’il est.

– Le subjonctif est un mode révolutionnaire, c’est ça ?

– On peut le dire.

– Maintenant, je comprends mieux pourquoi on peut avoir peur de vous. C’est vrai que vous dérangez. Je voudrais adhérer.

– Pardon ?

– Adhérer à votre club.

– Il ne s’agit pas d’un club, Jeanne. Nous formons une chevalerie. »

 

 

 

<< Chaque fois qu’on ouvre un livre d’Orsenna, on l’entend rire à l’intérieur, un rire sonore, espiègle, un rire à moustache. >>

Jean-Baptiste Harang, Le Magazine Littéraire

 

<< Il est le professeur de français et de géographie que l’on aurait tous rêvé avoir. >>

Jérôme Béglé, Paris Match

 

<< Erik Orsenna continue de militer pour une joyeuse sauvegarde des beautés et des singularités du français.

Scrogneugneux s’abstenir. >>

Bernard Pivot, Le Journal du Dimanche

 

<< Le retour du "Petit Prince" de la grammaire. >>

Olivier Maison, Marianne